+ de critères

Les cigognes noires, de grandes migratrices

Les cigognes d'Europe de l'Ouest migrent chaque automne vers l'Afrique de l'Ouest. Sénégal, Mali, Mauritanie, Ghana : les cigognes noires sont de grandes voyageuses. L’utilisation de balises Argos permet d’en savoir plus.

Différentes voies de migration

Illustration
Illustration © ONF

Les cigognes suivies depuis la France par balises Argos ont le plus souvent emprunté la voie des Pyrénées occidentales. Mais il existe apparemment une voie de migration par le couloir rhôdanien et les Pyrénées orientales, qu'utiliserait un petit nombre de cigognes.

On a aussi observé un phénomène de pré-migrations vers le Luxembourg et la Belgique avant le grand départ vers l'Afrique.

Quant aux cigognes d'Europe de l'Est, elles migrent en partie vers l'Afrique de l'Est et le Moyen-Orient en passant par le Bosphore.

Se séparer pour mieux se retrouver

Le mâle et la femelle d'un couple migrent en général séparément vers des sites d'hivernage différents et se retrouvent au printemps sur les sites de nidification en Europe.

Il en est de même pour leurs cigogneaux qui visiblement se débrouillent seuls dès leur envol du nid.

Illustration
Illustration © Fabrice Croset / LPO Champagne-Ardenne

Un parcours de 5.000 km... en moins d'un mois

L'étude belge d'Anne-Christelle Toussaint a permis de suivre 43 cigognes par télémétrie satellitaire depuis l'Europe de l'Ouest vers l'Afrique.

Les résultats sont très intéressants :

  1. les départs en migration se sont échelonnés entre le 20 août et le 6 octobre, pour une arrivée sur les sites d'hivernage entre le 16 septembre et le 28 octobre
  1. soit un trajet qui a duré en moyenne 20 jours, auxquels s'ajoutent environ 5 jours de repos
  1. les jeunes et immatures ont réalisé de plus nombreuses pauses et souvent d'une durée plus longue que les adultes (jusqu'à 15 jours dans le bassin de la Guadiana en Espagne)
  1. avec 60% des haltes, le site de pause privilégié est sans conteste la région d'Extremadure en Espagne. Même si la France et l'Afrique accueillent les oiseaux pour leurs haltes aux passages des hautes chaînes de montagnes
  1. une majorité des jours de repos sont pris en conditions météorologiques perturbées (dépressions atmosphériques) lorsque nuages, humidité et vents limitent tout déplacement.

Des chiffres impressionnants

5.000 km : c’est la distance moyenne parcourue en un mois

250 km : c’est la distance moyenne parcourue par jour (envol dès 8-9 heures du matin pour 6 à 7 heures de vol)

568 km : c’est le record de la distance parcourue en une seule journée

40 km/h : c’est la vitesse moyenne de vol

70 km/h : c’est la vitesse de pointe. 

D’autres révélations apportées par une étude similaire tchèque

  1. la migration via le Détroit de Gibraltar s'étend sur 45 jours en moyenne, pour des distances journalières de 135 km et un voyage long de 4.900 à 6.300 km
  1. la migration par le Détroit du Bosphore dure en moyenne 80 jours, pour parcourir entre 5.200 et 7.000 km
  1. les cigognes volent à 60 km/h vers le Nigéria en passant par Israël, un des plus important site de haltes
  1. certaines cigognes sont passées par l'Italie.

Suivi de la migration de printemps, dite pré-nuptiale (avant la nidification) :

  1.  par Gibraltar, les oiseaux mettent 10 jours de moins pour arriver en Tchéquie. Leurs déplacements journaliers approchent donc les 170 km
  1. par la voie de l'Est, ils gagnent près de 2 semaines et volent 280 km par jour
  1. les haltes sont apparemment réduites en comparaison du voyage post-nuptial.
Ressources