+ de critères

 

La gestion des risques de mouvements de terrain

En métropole, il existe dans les départements de montagne, au sein de l’ONF, des services de Restauration des terrains en montagne (RTM) spécialisés dans la gestion des risques naturels (mouvements de terrain, inondations et avalanches). Ces services interviennent à la fois sur le domaine géré par l’ONF mais aussi pour les communes.

A La Réunion ce service n’existe pas mais certaines de ces missions sont assurées par le pôle risques naturels.

L’île de La Réunion du fait de sa géologie, de sa morphologie et des phénomènes climatiques exceptionnels est soumise à des mouvements de terrain importants que ce soient les glissements de terrain, des éboulements… Les massifs forestiers ne sont pas épargnés et ces phénomènes peuvent impacter les sentiers dont l’ONF a la gestion.

La gestion des risques sur le domaine géré

Travaux de purge réalisé par entreprise ROCS sentier La Brèche du Maïdo 2016
Travaux de purge réalisés par entreprise ROCS sentier La Brèche du Maïdo 2016 © ONF

Aussi lors de phénomènes naturels affectant des sentiers, l'ONF intervient en tant qu'expert pour décider de la fermeture par arrêté préfectoral de l'itinéraire, pour réaliser les travaux de mise en sécurité adaptés, tels que purge, pose de protection (filets), construction d'ouvrage de franchissement... Lors d'éruption volcanique l'ONF participe à la reconnaissance des sentiers dans l'enclos avec les partenaires pour décider de l'ouverture des itinéraires. 

Des interventions en dehors du domaine que nous gérons

Hors du domaine départemento-domanial, l'ONF intervient également en tant que maître d'œuvre et appui technique sur des phénomènes qui affectent des enjeux autres que les massifs forestiers.

Par exemple depuis 1986 l'ONF, est intervenu sur de grands chantiers de génie biologique associés à des travaux de génie civil pour la protection des sols de Grand Ilet. Ces sols sont soumis à une forte érosion et à des phénomènes de glissements de terrain importants qui menacent des espaces urbanisés et des infrastructures routières notamment. Ces travaux ont été menés sous maitrise d'ouvrage communale et avec l'Association syndicale libre des propriétaires de Grand Ilet. Sur ce territoire sont associés des travaux de génie civil et des travaux de génie biologique.


Des travaux de génie civil importants

Afin d'arrêter l'enfoncement du lit de la ravine de Roche à Jacquot qui borde le versant de Grand Ilet, en 2014, la commune de Salazie a décidé la construction d'un seuil de correction torrentielle. Elle a confié à l'ONF (pôle risque) la maîtrise d'œuvre de ces travaux.

Il s'agit d'un barrage en béton de 43 m de large et de 4 m de haut au niveau du passage d'eau qui a été dimensionné pour le passage de la crue centennale (200 m3/seconde).


Ouvrage de la ravine Roche à Jacquot
Ouvrage de la ravine Roche à Jacquot © ONF

C'est le premier ouvrage d'une série qu'il faudrait mettre en place, pour limiter durablement les effets de glissements de terrain de grande ampleur qui menacent régulièrement l'île.

Financée à parts égales par le fonds européen FEDER et l'Etat, cette opération a mobilisé une enveloppe globale de plus d'un million d'euros.

Des travaux de génie biologique

Illustration
Premier ouvrage RTM en bois © ONF

L’ouvrage baptisé « Seuil RTM Augustin PAYET » a été construit par l’équipe d’ouvriers forestiers de Salazie sous la conduite du technicien référent ouvrage bois du service RTM (Restauration des Terrains en montagne) venu spécialement de métropole.

Le bois est utilisé, en métropole, pour la réalisation d’ouvrage de soutènement et de correction torrentielle.

Cette technique a été expérimentée à La Réunion en 2016, en utilisant du Cryptoméria, pour la correction d’un affouillement dans une ravine traversée par une route forestière à la Plaine des Merles sur la commune de Salazie.

Si cette structure démontre toute son efficacité, elle pourra être reconduite dans plusieurs sites de l’île nécessitant ce type d’aménagement.

 

Des travaux de génie biologique associés à du génie civil sur les versants soumis à l’érosion

Les travaux de génie biologique avec des fascines à Grand Ilet
Les travaux de génie biologique avec des fascines à Grand Ilet © ONF

Sur le versant, afin d'éviter l'érosion, des travaux importants associant génie civil (seuils en gabions) et génie biologique (fascines et plantations) ont été entrepris depuis 30 ans permettant ainsi la revégétalisation des zones dégradées. Ils ont été entièrement menés par l'ONF et la commune de Salazie.

 

Ressources