+ de critères
 

 

En images Forestiers par nature : 10 métiers, 10 portraits

Chaque jour, les femmes et les hommes qui travaillent à l'ONF assurent le renouvellement des forêts publiques, participent au développement de la filière bois, veillent sur la biodiversité et vous accueillent.

L'ONF a réalisé une série de 10 portraits de forestiers pour découvrir les différentes facettes de leurs métiers et comprendre comment les forêts publiques sont gérées durablement. Des hommes et des femmes aux missions aussi différentes que complémentaires, unis par la même passion de la forêt.

Le responsable d'unité territoriale

Il est le relais indispensable entre forestiers de terrain et siège de l'agence territoriale, le responsable d'unité territoriale est chargé de coordonner les actions d'une équipe d'une dizaine de personnes en moyenne. Il a une fonction essentielle de management, doit définir les objectifs et les moyens de son service, puis suivre et rendre compte de l'état d'avancement des actions et des résultats obtenus.

Au quotidien, il pilote et planifie les activités de gestion durable dans les forêts publiques, met en œuvre les directives locales, suit l'application de l'aménagement (document de gestion d'une forêt établi pour une durée moyenne de 15 à 20 ans), et encadre les agents patrimoniaux sur le terrain.

 

Le technicien forestier territorial

Il fait partie d'une unité territoriale, qui compte en général sept à dix personnes. Il exerce au sein de l'ONF le cœur du métier de forestier grâce à ses missions de gestion durable de la forêt.

Au quotidien, il assure donc le renouvellement des parcelles de forêts dont il a la charge, ainsi que la production de bois. Pour cela, il marque les arbres qu'il faudra récolter avec le marteau forestier (martelage). Il intègre la préservation de la biodiversité dans son action. Il a également un rôle d'accueil et d'information du public. Il veille enfin à la sécurité des visiteurs.

Interlocuteur privilégié des acteurs locaux, son rôle consiste également à échanger avec les maires de communes forestières, avec les élus, associations, partenaires économiques et, le cas échéant, propriétaires privés, pour recueillir leurs attentes et expliquer les décisions prises et les actions menées.

 

Le forestier naturaliste

Sentinelle de la biodiversité, le forestier naturaliste met en œuvre la politique environnementale de l'ONF. Les milieux naturels et les espèces qui vivent en forêt n'ont aucun secret pour lui. Sur un périmètre donné, il établit un diagnostic de la faune et de la flore existantes avant de définir des objectifs adaptés de gestion durable et de préservation des milieux naturels.

Les actions à mener sont proposées en lien avec des comités de suivi, constitués notamment de scientifiques, d'élus et d'associations.

 

 

 

L'aménagiste

Un document d'aménagement est un programme élaboré pour gérer une forêt sur une période de 15 à 20 ans. C'est l'écrit de référence sur lequel s'appuient les forestiers pour entretenir chaque parcelle (rythme des coupes et de l'entretien des peuplements, travaux d'infrastructures, choix du type d'arbre à planter...).

En s'appuyant sur les précédents aménagements, l'aménagiste réalise des relevés scientifiques sur le terrain, analyse les données, intègre des expertises et fixe des objectifs, avant de rédiger le document en lui-même.

Vient ensuite le temps de la présentation du dossier devant différents partenaires internes et externes (élus, associations et habitants). Au terme de ces discussions, l'aménagement, une fois approuvé par l'État, est décliné en plans d'actions qui nécessitent la mise en place de cahiers des charges et de moyens de productions mis en œuvre par les forestiers.

L'ouvrier sylviculteur bûcheron

Il est chargé, au sein d'une équipe, de réaliser différents travaux nécessaires à la croissance des peuplements forestiers.

Suivant les saisons et sa spécialisation, il va donc entretenir les plantations et les chemins de promenade, débroussailler, élaguer et aussi nettoyer la végétation qui gêne la pousse de certains arbres. Il est également amené à exercer des tâches de conduite d'engins spécialisés, à participer à la construction d'équipements d'accueil pour le public, ou encore à procéder à la coupe d'arbres. Un travail de bûcheronnage qui requiert savoir-faire et technique pour agir en toute sécurité, sans endommager l'arbre à prélever ni ceux qui se trouvent à proximité.

L'expert Arbre Conseil®

Il fait partie d'un réseau de spécialistes mis en place par l'ONF pour proposer des prestations de conseil auprès de clients publics et privés.

Il s'agit notamment de vérifier la santé des arbres en ville ou en bordure de routes et de protéger les piétons et les automobilistes. Pour cela, il réalise des diagnostics à l'aide d'un matériel sophistiqué, tout en assurant la maîtrise d'œuvre et la conduite des travaux, lorsque ceux-ci sont nécessaires.

Une large palette d'interventions peut être mise en œuvre, allant de la taille à l'abattage, en passant par le démontage ou encore le broyage des déchets verts. Son périmètre d'intervention peut parfois s'étendre en forêt, quand une technicité particulière est requise.

L'animateur nature

Il peut être comparé à un professeur de la forêt, qui accueille des groupes et organise des visites sur le terrain. Que ce soit auprès d'enfants ou d'adultes, il sensibilise aux bons comportements à adopter pour ne pas polluer la nature et apprend à observer et à reconnaître la faune et la flore, tout en expliquant le travail quotidien des forestiers en termes de gestion durable.

Il partage également avec pédagogie son expérience et son savoir lors de salons ou d'événements organisés par l'ONF. Une part de ses missions consiste aussi à concevoir des outils d'information et d'éducation (plaquettes, panneaux, jeux, etc.), sans oublier sa vocation à être disponible pour accueillir et renseigner le public qui se déplace chaque jour dans les forêts.

Le technico-commercial bois

Ses missions principales sont de chercher et de démarcher des clients potentiels, de piloter l'exploitation des bois et de valoriser au mieux les arbres récoltés.

Pour cela, il assure une veille commerciale sur son périmètre d'intervention, formalise les besoins exprimés par les clients et transmet l'information, organisant la production et l'exploitation de lots de bois vendus façonnés, c'est-à-dire coupés (à la différence des bois vendus sur pied).

Il fait également réaliser la cartographie des lots de bois qui vont être proposés dans le catalogue des ventes de l'Office national des forêts. Cette cartographie permet aux clients de repérer facilement les lots aux bords des routes. Lors des ventes en contrats d'approvisionnement, il réalise le cubage des lots (évaluation du volume de bois) afin de fournir son client dans le respect du cahier des charges établi entre eux. Il assure la réception des produits et planifie au besoin leur livraison dans le respect des échéanciers.

Le conducteur de travaux

Il est un relais primordial entre l'agent patrimonial, qui décide et prescrit les travaux à effectuer, et les ouvriers, qui les mènent à bien. Le rôle du conducteur de travaux est en effet de piloter les chantiers, de la planification à la réalisation. Il veille à la prise en compte des prescriptions reçues dans le cahier des charges et contrôle la conformité des prestations ou des produits réalisés.

Les nombreux déplacements font partie de son quotidien. Pour encadrer différentes équipes d'ouvriers (sylviculteurs, bûcherons, grimpeurs élagueurs, conducteurs d'engins) et sillonner ainsi son secteur, il se rend très souvent sur le terrain.

Outre ce travail de management, il effectue également de nombreuses tâches de gestion (commande et entretien du matériel). Enfin, il assure une veille commerciale et gère les aspects comptables.


Le géomaticien

Il travaille en collaboration avec les agents patrimoniaux et les aménagistes. Sa mission est avant tout de leur fournir des outils de gestion des forêts et d'aide à la décision.

Pour cela, il réalise souvent des relevés topographiques sur le terrain, puis saisit et exploite les données dans le système d'information géographique (SIG). Ces dernières lui permettent d'élaborer des cartes thématiques et des bases de données indispensables à la planification des travaux.

Il produit également des plans et atlas à la demande de ses collaborateurs, et interprète des données "brutes" (sur les forêts, parcellaires et peuplements notamment) pour réaliser des analyses spatiales.

Ressources