+ de critères
 

 

En savoir plus Les 10 indicateurs du bilan patrimonial 2006 qui évaluent la biodiversité et les milieux remarquables

Ces dix indicateurs ont pour objectifs d’évaluer la biodiversité ordinaire et la biodiversité à haute valeur patrimoniale, et de connaître l’effort de protection des milieux remarquables.

2.1 Organisation spatiale des peuplements

Paysage de forêt depuis la forêt domaniale de Bonlieu (Jura)
Paysage de forêt depuis la forêt domaniale de Bonlieu (Jura) © Phillipe Lacroix / ONF
  • L'indicateur décrit l'organisation spatiale (fragmentation) de dix types de formation végétale en forêt domaniale. Il donne ensuite la longueur d'interface entre les types de forêt fermée et ceux de milieux ouverts.
  • L'organisation spatiale de la forêt conditionne pour partie la biodiversité qu'elle abrite. L'indicateur fournit une première approche de la mosaïque paysagère formée par les dix types de formation végétale ; de plus, les interfaces entre forêt fermée et milieux ouverts sont potentiellement riches quant à la présence d'espèces végétales et animales.

2.2 Structuration verticale des peuplements

  • La surface de forêt domaniale est ventilée par structure : futaie régulière, futaie irrégulière, taillis sous futaie, taillis. Une analyse de l'importance entre la strate haute et la strate intermédiaire du peuplement complète les résultats.
  • La structuration verticale est une composante de la biodiversité des milieux.

 

2.3 Mélange d'essences dans les peuplements

  • L'indicateur donne, sur la surface des placettes d'inventaire (0,2 ha), le nombre moyen d'essences et le taux de pureté de l'essence prépondérante.
  • Le mélange d'essences est recherché. Toutefois, les résultats ne doivent pas être interprétés de manière excessive pour ériger certains constats en objectifs, les essences en mélange devant être dosées et réfléchies en fonction des potentialités du milieu.

 

Cette parcelle forestière présente un mélange intime de feuillus et de résineux
Cette parcelle forestière présente un mélange intime de feuillus et de résineux © Jean-Pierre Chasseau / ONF

2.4 Volume de bois mort

  • Le volume de bois mort depuis moins de 5 ans est évalué. Le protocole conduit à une estimation partielle et incomplète du volume de bois mort en forêt domaniale.
  • Le bois mort est un élément favorable pour la biodiversité de nombreuses espèces et communautés d'espèces qui lui sont infoédées (champignons, insectes, oiseaux, chiroptères).

 

2.5 Surface et taux de régénération naturelle en futaie régulière

  • Les surfaces de futaie régulière qui ont été régénérées annuellement de façon naturelle sont restituées ; les résultats sont ventilés selon l'essence principale constituant la régénération.
  • La régénération naturelle constitue un des objectifs souvent affichés dans les politiques de qualité de la gestion forestière durable. Toutefois, la régénération naturelle n'étant pas synonyme de biodiversité, il convient d'en manier l'interprétation avec précaution. 

2.6 Richesse en espèces d’oiseaux communs

  • Les effectifs de population de différentes espèces d'oiseaux communs sont suivis sur 46 sites en forêt domaniale.
  • L'indicateur, qui s'intègre dans un programme de suivi sur différents milieux naturels, permet de comparer la fréquence et l'abondance des espèces d'oiseaux communs en forêt domaniale par rapport aux autres forêts. 

2.7 Surface dotée d'un statut de protection particulier

Droséra
Droséra © Patrick Barré / ONF
  • Les surfaces et proportions de forêts domaniales bénéficiant d'un statut de protection fort (cinq statuts retenus) sont analysées.
  • L'augmentation des surfaces bénéficiant d'un statut de protection constitue un des objectifs souvent affichés dans les politiques de qualité de la gestion forestière durable, et elle fait partie de la politique environnementale de l'ONF. L'indicateur permet de suivre la mise en place et la répartition des réserves dans les forêts domaniales et de les comparer avec la situation des autres forêts. Les résultats sont à analyser en comparaison de ceux de l'indicateur 2.8.

 

2.8 Surface des milieux remarquables, dotée ou non d'un statut de protection

Tourbière en forêt d'épicéa
Tourbière en forêt d'épicéa © Alain Blumet / ONF
  • Les surfaces des milieux inventoriés comme remarquables (4 types de milieux) sont analysés, qu'ils soient couverts ou non par un statut de protection.
  • L'indicateur permet d'avoir une meilleure connaissance de la valeur patrimoniale des forêts domaniales et de mesurer l'enjeu d'intégration de ces milieux dans la gestion courante. En analysant la proportion de ces milieux qui bénéficient d'un statut de protection, il contribue à anticiper et accompagner la mise en place d'une stratégie de conservation.

 

 

2.9 Surface de forêts protégées laissées en évolution naturelle

Ce vieux chablis est en décomposition
Ce vieux chablis est en décomposition © Didier Jouve / ONF
  • L'indicateur identifie les surfaces de forêts domaniales fortement protégées qui réunissent dans les règles actuelles les garanties nécessaires et suffisantes de non-reprise de l'exploitation.
  • L'absence d'exploitation ne présente d'intérêt que lorsqu'elle est assortie d'une garantie de pérennité. Les forêts soustraites aux exploitations sont le siège d'une évolution spontanée des peuplements qui permet le développement de composantes de la biodiversité absentes ou peu représentées dans les forêts exploitées.

 

2.10 Trois espèces d’oiseaux à forte valeur patrimoniale

  • Les populations de trois espèces d'oiseaux à forte valeur patrimoniale sont suivies : le Balbuzard pêcheur, le Milan royal et la Cigogne noire.
  • L'intérêt réside essentiellement dans la comparaison du suivi des populations d'un bilan à l'autre, en permettant au besoin d'alerter le propriétaire et le gestionnaire. 

Dans le cadre de ses engagements avec l'Etat, l'ONF a réalisé en 2006 le premier bilan patrimonial des forêts domaniales métropolitaines.

30 indicateurs permettent de rendre compte et de suivre dans le temps l'état de ces forêts, dans la diversité de leurs fonctions économiques, écologiques et sociales.

Un état des lieux grandeur nature qui couvre 1.700.000 ha répartis en 1.426 forêts, mais aussi un outil de pilotage de la gestion durable des forêts domaniales.

Le bilan est désormais dressé tous les cinq ans.

Ressources