+ de critères

 

actu Le 15 août 1868… Dissous, un garde forestier assassiné
09/08/18 Ile-de-France et Seine-et-Marne

Illustration
© Philippe Meyrier

Si les terres de Villefermoy furent chassées dès le Moyen-Age par le comte Thibaut de Champagne et ses seigneurs, puis par la Vénerie royale venant de Fontainebleau, elles devinrent une source abondante de gibier pour les riverains à partir de la Révolution française. Avec l’installation du Second Empire, un service des chasses s’organise au sein de la nouvelle administration des forêts pour satisfaire la noblesse d’Empire en passe-temps cynégétiques.

Le renforcement de la surveillance des forêts contre le braconnage ne va pas sans drame, dont les malchanceux gardes ou brigadiers forestiers sont trop souvent les héroïques victimes. Ainsi, la forêt de Villefermoy est le théâtre durant l’été 1868, d’un fait-divers qui restera gravé à jamais dans la mémoire locale.

Dans la soirée du 15 août, il y a exactement 150 ans de cela, un garde forestier fut assassiné par un braconnier à la lisière de la forêt domaniale de Villefermoy, non loin de l’aire d’accueil de Grandvilliers. Le procureur-général, assisté d'un juge d'instruction et de la gendarmerie, s'est rendu au poste de Grandvilliers, où habitait la victime qui, avant de mourir, a pu donner aux magistrats quelques renseignements qui faciliteront la découverte de l'auteur du crime…

Pour en savoir plus : téléchargez la communication (réalisée par Renaud Trangosi / ONF), extraite des actes du colloque Histoire et Traditions Forestières de 2015, qui lui rend hommage.

Pour en savoir plus