+ de critères

 

Actuellement, que se passe-t-il en forêt de Tronçais ?

Un programme annuel d'interventions

Illustration
Une fois coupé, le bois est sorti de la forêt avec un tracteur adapté © Alain Blumet / ONF

Chaque année, le programme des coupes est préparé à partir de l'aménagement forestier et de vérifications sur le terrain. Pendant l’hiver, les coupes sont martelées, c’est-à-dire que les arbres à vendre sont marqués individuellement.

Les coupes sont de deux types :

  • coupes d’éclaircie, qui sont réalisées tous les 10 ans pour favoriser les plus beaux chênes tout au long de la vie du peuplement
  • coupes progressives de régénération, qui permettent de récolter le peuplement arrivé à maturité tout en assurant la régénération naturelle de la parcelle.

La phase de régénération est entamée dans 40 ha par an (1/250e de la forêt), ce qui permet d’assurer le renouvellement de la forêt.

Les coupes marquées peuvent être vendues "sur pied", c’est-à-dire que l’acheteur a la charge de l’exploitation, ou peuvent être exploitées par l’ONF qui vend alors le bois "façonné".

Des travaux, réalisés par les ouvriers de l’ONF, sont également réalisés dans les jeunes peuplements (âgés de moins de 40 ans), où il faut intervenir pour couper les jeunes pousses ou les jeunes arbres qui gênent la croissance des chênes d’avenir.

Notre conseil

Lorsque vous croiserez les équipes au travail, pour votre sécurité, respectez les consignes et ne vous approchez pas des chantiers d'exploitation.

Les coupes en cours et vendues cette année

Les trois cartes ci-dessous indiquent les coupes mises en vente au cours des années 2011 à 2013.

Même si une coupe est vendue dans une année, il faut plusieurs mois avant que les arbres soient sortis de la forêt pour être transformés en scierie. Les interventions dans un milieu naturel nécessitent le temps de bien faire les choses… : respecter le sol, les arbres restants, la biodiversité. Toutes ces contraintes sont établies contractuellement avec l’acheteur des bois lors de la vente.

Au-delà de ces contraintes dictées par la  nature,  garder un certain temps une partie du bois en forêt permet à l’acheteur de gérer ses stocks plus facilement. Il pourra ainsi exploiter une partie des arbres achetés suivant la demande de ses clients. Les arbres seront alors exploités suivant les qualités de bois demandés.

Il arrive parfois que les conditions climatiques retardent également l’exploitation des bois vendus ou que les bois ne trouvent pas preneur la première année.

Le bois stocké aux bords des routes correspond donc à plusieurs années de commercialisation.

Illustration
© ONF

Pour en savoir plus

Trois exemples d'interventions

Dans une forêt en équilibre, toutes les générations d'arbres sont présentes et le renouvellement des vieux arbres doit être assuré. Cette rubrique vous présente quelques interventions réalisées ou qui vont l'être prochainement. Nous espérons que ces explications très concrètes vous aideront à mieux comprendre la gestion forestière.

Les semis de la parcelle 349

Illustration
© Timothée de Ferrières / ONF

Retrouvez cette parcelle sur la carte des coupes 2011, à télécharger ci-dessus.

La parcelle 349 était constituée en 2000 de 90 chênes de 30 mètres de haut, et de 60 hêtres par hectare. Depuis le début de la phase de régénération, en 2002, les glands tombés de ces arbres ont permis que le sol se couvre progressivement de centaines de milliers de jeunes pousses de cinquante centimètres de haut environ.

D'ici le printemps 2013, seule cette jeune génération restera après la coupe des vieux arbres. Les chênes fourchus seront "éhouppés" avant abattage, c’est-à-dire qu’un bûcheron spécialisé grimpera dans l’arbre pour abattre la tête et éviter que le tronc n’éclate en tombant et ne perde sa valeur.

La régénération ne se fait pas sans modification dans le paysage, mais cette évolution ne sera pas préjudiciable à la forêt dont l'avenir est maintenant assuré.

Pour les bois coupés, une seconde vie s'annonce. Ils seront transformés en tonneaux, parquets ou charpentes. Les houppiers (branches) fourniront du bois de chauffage.

Lorsqu'elle est possible, cette forme de régénération de la forêt, dite naturelle, conjugue la diversité de la flore, l'abondance des semis, la conservation du patrimoine génétique, la création de zones de gagnage et de reproduction pour la faune sauvage.

Le fourré et le gaulis de la parcelle 36

Illustration
© Timothée de Ferrières / ONF

Retrouvez cette parcelle sur la carte des coupes 2011, à télécharger ci-dessus.

Pendant leur croissance, les jeunes pousses passent par les stades du fourré (3 à 6 m de hauteur) et du gaulis (6 à 12 m) dans lesquels le forestier intervient périodiquement en favorisant l’essence objectif de la parcelle (ici, le chêne) tout en conservant la flore d'accompagnement (charme, alisier, parfois tilleul, bouleau, pommier sauvage...).

Nous sommes ici à ce stade de l'évolution de la forêt. 

Le perchis et la jeune futaie de la parcelle 27

Illustration
© Timothée de Ferrières / ONF

Retrouvez cette parcelle sur la carte des coupes 2011, à télécharger ci-dessus.

Cette parcelle vigoureuse de 70 ans a des arbres de plus de 20 m de haut. Le  troisième passage en éclaircie a eu lieu en 2011. Les forestiers ont matérialisé les arbres d'avenir d'un cercle de peinture afin de les protéger et de faire en sorte que les opérations sylvicoles soient toujours menées à leur profit. Ces arbres portent l'avenir de la forêt, d'où leur nom. Sauf accident (tempête, attaque parasitaire, ...), ce sont eux qui fourniront les semis qui permettront à la forêt de perdurer.

Les bois à couper sont marqués d'un trait oblique de peinture rouge sur le tronc et d'une empreinte « AF » au pied à l'aide du marteau forestier. Cette opération, dite de "martelage" se fait par équipe de 5 à 6 forestiers quand les arbres n'ont plus leurs feuilles.

Ces éclaircies sont renouvelées tous les 8 ou 10 ans dans chaque parcelle. Pour diminuer l'impact sur le sol, les coupes sont réalisées de préférence en période hivernale, et les arbres sont évacués en empruntant les "cloisonnements", des chemins ouverts spécialement dans le peuplement.