+ de critères

 

Faune, flore, biodiversité

La Réserve biologique intégrale

2.285 ha du massif de la Montagne Pelée ont été classés en Réserve biologique intégrale (RBI) en 2007.

Reliques de forêt primitive, variation d'altitude (1.200 m sur quelques kilomètres), multiplicité des milieux et des habitats, richesse de la flore, des champignons et des insectes, dynamique naturelle grâce aux événements climatiques (cyclones)... tous ces éléments contribuent au caractère exceptionnel du site.

Extrait de Fiard, 1992, Arbres rares et menacés de la Martinique, société des galeries de géologie et de botanique de Fort-de-France

« Au sein de la forêt de la Montagne Pelée, le dénivelé important (de 130 m à 1.397 m) permet l'installation des principaux types forestiers de la Martinique et des Petites Antilles : îlots de forêt sempervirente saisonnière tropicale climacique, forêt ombro-sempervirente saisonnière tropicale (130 à 450 m), forêt ombrophile tropicale submontagnarde (450 à 650 m), de basse montagne insulaire (700 à 900 m), et d'horizon supérieur avec ses formations semi-arborées de crêtes volcaniques supérieures (900 à 1100 m), et enfin les formations basses d'altitude (au-dessus de 1000 - 1100 m). Au total, la forêt de la Montagne Pelée présente un étagement de la végétation très diversifié sur de très courtes distances.

Du point de vue de la conservation des milieux naturels, la forêt présente un intérêt tout particulier puisque les étages tropicaux supérieur et sommital martiniquais comme ceux des "grandes" îles voisines (Guadeloupe, Dominique, Sainte-Lucie et Saint-Vincent) représentent une formation végétale dont la composition spécifique est unique au monde pour près du tiers de ces composantes ligneuses. »

En savoir plus sur la faune

Dans le cadre de la connaissance de la faune et de la flore de cet espace, l’association Le Carouge a été contactée par l’ONF afin d’y effectuer un inventaire de l’avifaune.

En savoir plus sur la flore

Au fur et à mesure que l'on gagne en altitude, la pluviométrie annuelle augmente, la température diminue, le vent s'accélère, le lessivage des sols et l'érosion s'accentuent, les nuages se densifient... Il en résulte un étagement des principales formations végétales en fonction de l'altitude.

On distingue :

  • l’étage inférieur (bioclimat sec) : il s’étend de 0 à 300 m environ sur le versant sous le vent (côte caraïbe)
  • l’étage intermédiaire (bioclimat moyennement humide) : il s’étend de 0 à 300 m environ sur le versant au vent (côté Atlantique) et de 300 à 500 m environ sur le versant sous le vent
  • l’étage supérieur (bioclimat humide) : il s’étend de 300 à 700 m environ sur le versant au vent, et de 500 à 800 m environ sur le versant sous le vent
  • l’étage sommital (bioclimat hyper humide) : il commence à partir de 700 - 800 m environ et s’étend jusqu’au sommet du volcan. 

Tableau des peuplements

Illustration

Arbres des Petites Antilles, une encyclopédie de référence en dendrologie et écologie tropicale

Représentant plus de vingt ans de travail, cet ouvrage collectif mené par Bernard Rollet, conservateur des Eaux et forêt Outre-mer, décrit 461 espèces d’arbres indigènes et 90 espèces d’arbres introduits, le plus souvent illustrées par des dessins botaniques et des photographies. Il a bénéficié du label 2010 Année internationale de la Biodiversité.

En savoir plus sur les champignons

La pgalerie d'images du site dédié à l'exposition
La galerie d'images du site dédié à l'exposition, cliquez sur le lien ci-dessous

Plusieurs années de travail sur le terrain ont permis aux mycologues de la Société mycologique de France (SMF) et de l'ONF de mener des inventaires effectués en priorité sur les réserves biologiques de Martinique et des Antilles.

Une exposition virtuelle d'une cinquantaine de photographies permet de découvrir les formes et couleurs extraordinaires des champignons des petites Antilles. Elle a reçu la double labellisation Année internationale des forêts 2011 et Année des outre-mer 2011.

 

A lire aussi

  • Le guide de la Montagne Pelée (Allard-Saint-Albin)
  • Plantes, milieux et paysages des Antilles françaises (Sastre)
  • Arbres rares et endémiques de la Martinique (J.-P. Fiard).