+ de critères

 

Les sites à découvrir

Entre sables et rochers, landes et mares, pinèdes claires ou belles futaies de chêne, Fontainebleau offre des paysages uniques en Ile-de-France. De nombreux sites vous permettront de passer un agréable moment et de profiter des espaces aménagés à votre intention.

> Des points de vue facilement accessibles à pied depuis la ville ou la gare de Fontainebleau

Illustration
Avec son panorama sur la ville de Fontainebleau, la croix du calvaire est l’un des lieux incontournables, proches de la ville et fréquenté en toutes saisons
  • La Croix du Calvaire

Le massif comporte de nombreuses croix. Elles ornaient autrefois les grands carrefours forestiers et marquent aujourd'hui plus souvent des carrefours routiers : Croix du Grand Veneur, Croix de Saint-Herém, Croix d'Augas...

Certaines sont toujours en forêt, comme la Croix du Calvaire qui domine Fontainebleau et offre un magnifique panorama sur la ville et son écrin forestier.


Illustration
La Tour Denecourt offre l’un des plus beaux points de vue de la forêt. Une table d’orientation permet de se repérer
  • La Tour Denecourt

Construite en 1851 par Denecourt et appelée Fort l'Empereur, cette tour de pierre s'écroulera en 1878. Elle fût rebâtie à l'aide d'une souscription publique et baptisée Tour Denecourt en l'honneur de Claude-François Denecourt, initiateur du tourisme à Fontainebleau.

Avec son panorama à 360° et sa table de lecture, c'est un des belvédères les plus connus.

> Parmi les sites emblématiques

  • Les gorges de Franchard

L'un des hauts-lieux de la forêt. Les chaos rocheux offrent une vue splendide sur les gorges et la plaine d'Arbonne.

Ne manquez pas le puits des ermites, construit à la demande de Napoléon 1er ; la légendaire roche qui pleure ; et l'œil des nations, monument réalisé en 1998 pour le cinquantenaire de l'UICN (Union mondiale pour la nature) qui symbolise l’œil vigilant des nations sur l’environnement mondial.

Du prestigieux ermitage de Franchard, occupé dès le XIe siècle par des ermites puis des moines, il ne reste plus qu'un pan de mur contre lequel a été élevée une maison de gardes forestiers.

Illustration
Ce site réputé a fait l'objet d'aménagements pour l'accueil du public qui permettent de le protéger © Anne-Marie Granet / ONF

L'arboretum de Franchard rénové en 2013

Créé en 1973 suite à un incendie, il est proche du site de Franchard et facilement accessible par la Route ronde.

Après réaménagement (fin 2013), il proposera un parcours de découverte original sur le bois. Deux audioguides seront accessibles sur smartphone ou en téléchargement sur le site internet de l'ONF.

Repérez aussi le magnifique séquoia, un géant de près de 6 m de circonférence.

Illustration
Apremont méritait bien son nom de "désert" au début du XXe siècle
  • Le désert d’Apremont

Autrefois couverts de landes, ces "âpres monts" forment des paysages uniques de chaos rocheux marqués par l'érosion. Les platières d'Apremont offrent aussi de superbes points de vue.

  • La dune fossile des Béorlots

Une route forestière (fermée aux voitures, parking aux deux extrémités) vous permet d'accéder à une platière d'un côté, à une dune de l'autre.

Illustration
La route qui traverse le site est fermée à la circulation et accessible aux handicapés © Anne-Marie Granet / ONF

Des sites fragiles, à protéger

Illustration
Les escaliers en bois fabriqués par les ateliers bois de l'ONF permettent de protéger les sols de l'érosion © Anne-Marie Granet / ONF

Le sable et les rochers forment ces paysages si particuliers qui font la notoriété de Fontainebleau. Ils contribuent aussi à la végétation atypique et à la valeur écologique de la forêt.

Mais les pas des millions de visiteurs de la forêt piétinent et détruisent la végétation, entraînent les grains de sable et contribuent à l'érosion de ces sites fragiles.  Escaliers en bois et pavés de grès qui jalonnent sites et sentiers ont été réalisés pour votre confort mais aussi pour protéger la forêt. Certains espaces constituent des réserves biologiques dont l'accès peut être limité.

En restant sur les circuits aménagés, vous nous aidez à préserver ces milieux riches et fragiles.

  • Les bords de Seine à Samois

Le site de Petit Barbeau se prête tout particulièrement à une pause pique-nique ou détente en famille au bord de l'eau.

Si vous aimez les beaux arbres et recherchez un peu de fraîcheur, n'hésitez pas, empruntez l'itinéraire balisé qui longe la Seine.

Illustration
© Anne-Marie Granet / ONF

> Bestiaire et autres curiosités

  • Le bilboquet dans les Sables du Cul du Chien

Il y a quelque 30 millions d'années, un océan recouvrait tout le site... Perdu au milieu d'une immense plage de sable fin, ce bilboquet en grès semble provenir d'un autre monde !

  • La roche éponge

Cette curiosité doit son aspect à l'érosion. Ce fut longtemps l'un des endroits les plus visités de la forêt. On envisagea même de déplacer la roche dans le centre-ville de Fontainebleau, mais devant les moyens à employer et le poids de la roche, ce projet fut abandonné.

  • L'Eléphant de Barbizon

Très bel exemple du bestiaire rocheux de la forêt, cet éléphant est l'œuvre de la nature.

  • La grotte aux Cristaux

On peut voir, derrière la grille, la voûte tapissée de cristaux formés par l'infiltration des eaux.

> Les mares et étangs

Bien que dépourvu de cours d'eau, le massif de Fontainebleau recèle un réseau de mares et de zones humides. Vous les découvrirez au fil de vos promenades.


Parmi les mares les plus connues (accessibles à pied) :

  • La mare aux Evées

Le mot "Evées" dérive du vieux français et désigne une zone marécageuse. Afin d’assainir ce secteur du nord du massif forestier souvent inondé, des travaux furent entrepris sous le règne de Louis-Philippe. Plus de 20 km de fossés en étoile furent creusés ainsi que le bassin central.

 

  • La mare aux Fées

Située au sud du massif, cette mare est très prisée au printemps lorsque les iris d'eau sont fleuris. Une fleur devenue le symbole de la royauté même si c'est sous l'appellation "fleur de lys".

Illustration
Au printemps, les iris sont en fleur © Anne-Marie Granet / ONF

Les mares de platières

Les mares de "platières" gréseuses sont parmi les rares zones humides dans un milieu sableux par ailleurs très sec.

Alimentées exclusivement par les eaux de pluie, elles étaient autrefois utilisées pour abreuver le bétail dans le cadre des droits d'usage dont bénéficiaient les paysans riverains. Des pratiques qui se sont perpétuées jusqu'au XIXe siècle.