+ de critères

 

Les sites à découvrir

Ce ne sont pas les objectifs de visite qui manquent dans le massif de l’Aigoual ! Sites naturels ou historiques, paysages, stations touristiques..., il y en a pour tous les goûts.

> Le sommet du mont Aigoual

Illustration
© Christèle Gernigon / ONF

Le point culminant du massif (1565 m) est un fantastique belvédère : par temps clair, la vue s'étend à 360°, des Alpes aux Pyrénées et du Massif central jusqu'à la Méditerranée. Le sommet est coiffé par un observatoire météorologique aux allures de château fort, construit entre 1887et 1894.

Lieu de confrontation des influences océaniques et méditerranéennes, il est soumis à des conditions climatiques extrêmes, avec des rafales de vent à plus de 300 km/h et des précipitations parmi les plus importantes de France. Météo France y a aménagé une exposition permanente sur la météorologie.

On y accède depuis le sud par Valleraugue (RD 986) ou l'Espérou (RD 48) et depuis le nord par la RD 18.

Pour en savoir plus

Illustration
Le sommet de l'Aigoual en hiver © Valère Marsaudon / ONF

> L’arboretum de l’Hort de Dieu

Illustration
Les membres du réseau arboretum de l'ONF devant le chalet où le botaniste Charles Flahault et le forestier Georges Fabre étudiaient les essences les plus adaptées au reboisement de l'Aigoual © Anne-Marie Granet / ONF

La richesse de ce "jardin de Dieu" créé en 1902 sous le sommet de l'Aigoual, en fait depuis l'origine un site privilégié pour étudier l'adaptation des plantes au milieu montagnard. Il abrite des essences européennes, mais aussi d'Amérique et d'Asie.

L'Hort de Dieu est le plus connu des arboretums de l'Aigoual, créés par le forestier Georges Fabre et le botaniste Charles Flahault au début du XXe siècle. Il s'agissait d'étudier le comportement de nouvelles essences en vue du reboisement de l'Aigoual avant l'établissement de la hêtraie-sapinière.

Illustration
Photo prise un siècle plus tôt © Association Présence de Charles Flahault

L'arboretum conserve aussi plusieurs témoignages de l'œuvre de Fabre et Flahault, comme le jardin alpin et le chalet où Flahault montait chaque semaine depuis Montpellier, parfois même à pied. Tout un pan d'histoire forestière...

> L’abîme de Bramabiau

Illustration
© Christèle Gernigon / ONF

Après s'être perdue dans les profondeurs du causse de Camprieu, la rivière du Bonheur surgit au pied d'une falaise calcaire de 70 m de haut et devient la rivière de Bramabiau.

L'exploration de cette cavité par Edouard-Alfred Martel, le 28 juin 1888, est considérée comme l'acte de naissance de la spéléologie.

Aujourd'hui le site est toujours aussi impressionnant mais accessible sans difficulté grâce à une visite guidée le long de la rivière souterraine. Idéal les jours de fortes chaleurs !

Pour en savoir plus

> Le château de Roquedols

Illustration
© Laurent Toiron / ONF

Silhouette massive se dressant dans la vallée du Béthuzon, au sud de Meyrueis, le château de Roquedols a été édifié aux XVI et XVIIe siècles.

Son architecture est caractéristique des châteaux "de plaisance" que les grandes familles d'alors faisaient construire. Inscrit à l'inventaire des Monuments historiques, il n'est pas ouvert au public.

Un sentier pédagogique aménagé à proximité permet d'en retracer l'histoire et de découvrir le milieu forestier alentour.

A voir : un impressionnant Séquoia de 45 m de haut et de 8 m de circonférence.

> Le plateau du Lingas

Illustration
© Valère Marsaudon / ONF

Mélange de paysages boisés et d'alpages à moutons, le plateau du Lingas permet au visiteur de se projeter plus d'un siècle en arrière, lorsque les forestiers ont mis en place un vaste programme de reboisement. L'objectif était alors de reconstituer la forêt, fortement dégradée, et de prévenir l'érosion des sols et les risques d'inondation.

Le lac des Pises est une retenue d'eau artificielle qui abrite désormais une faune et une flore remarquables et protégées.

> La station de ski de Prat Peyrot

Illustration
© Valère Marsaudon / ONF

En hiver, les pentes du mont Aigoual abritent la petite station de ski de Prat Peyrot.

Ski alpin avec 12 pistes, ski nordique sur 40 km et balades en raquettes sont possibles à 1 h 30 de Montpellier.

Pour en savoir plus