+ de critères

 

Gestion sylvicole

Illustration
© Anne-Marie Granet / ONF

La gestion forestière poursuit la politique de protection des sols et de lutte contre les risques d'inondation engagée au XIXe siècle. La pérennité du couvert forestier est donc très importante. Les 2/3 de la forêt côté Gard font à ce titre l'objet d'une sylviculture visant à irrégulariser les peuplements. Côté Lozère, le dépérissement de certains peuplements et l'abondance de hêtraies vieillissantes impose pour le moment des régénérations de plus grande ampleur. Le renouvellement des peuplements privilégie la régénération naturelle mais des plantations sont prévues lorsque les semis issus des arbres en place sont insuffisants, ce qui est le cas surtout dans les pins et la hêtraie.

Maintenir des essences variées permet d'anticiper d'éventuels dépérissements liés au réchauffement climatique et oppose une meilleure résistance aux attaques d'insectes. Les essences objectif de la forêt de l'Aigoual - Hêtre, Epicéa, Sapin -, sont donc conservées en mélange et accompagnées d'autres espèces comme le Pin à crochets ou le Pin sylvestre.

Les coupes réalisées assurent une récolte de bois intéressante au plan économique pour le territoire. Les sapins de bonne qualité sont valorisés en charpente tandis que la majorité des pins sont transformés en palette et bois d'industrie. Les feuillus sont principalement utilisés pour produire de l'énergie.

La chasse permet de réguler la population des grands ongulés. Cerfs et chevreuils sont en effet friands de jeunes pousses, de bourgeons et d'écorce, en particulier de résineux, mais le Hêtre n'est pas épargné. Dans la forêt de l'Aigoual, ils sont à l'origine de dégâts importants et représentent un risque pour le renouvellement des peuplements. Il est donc nécessaire que les plans de chasse définis pour parvenir à un équilibre entre la faune et la forêt soient respectés.

Coupes, travaux (sylvicoles, d'entretien des pistes...), protection des paysages et de la biodiversité sont des enjeux partagés à l'échelle du massif. Le tourisme est devenu une activité économique essentielle.

Illustration
Le comité national d’orientation Forêt d’Exception® apporte un regard pluridisciplinaire en appui aux gestionnaires et partenaires locaux © Anne-Marie Granet / ONF

Dans le cadre de la démarche Forêt d'Exception®, le Parc national des Cévennes et les collectivités territoriales ont été mobilisés lors des différentes phases de l'élaboration de l'aménagement forestier. En partenariat avec les collectivités locales, les forestiers s'attachent également à améliorer les conditions d'accueil du public et à valoriser sites et itinéraires de découverte et de randonnée à l'échelle du massif.

Zoom sur la préservation de la qualité des paysages

Le relief escarpé du massif de l'Aigoual, avec des versants exposés à la vue depuis les axes routiers et les sites les plus fréquentés, lui confère une forte sensibilité paysagère.

Afin de limiter l'impact visuel des coupes, la gestion forestière intègre de nombreuses dispositions. Les forestiers réduisent ainsi la taille des parcelles en renouvellement à 5 ha et privilégient la régénération naturelle. Ils cherchent aussi à favoriser l'aspect naturel des peuplements grâce au mélange des essences et à un traitement irrégulier des lisières et des bords de coupe.