+ de critères

 

Cueilleur : les bons réflexes

Les cueilleurs

Illustration
Illustration © Didier Jouve / ONF
  1. le parcours de cueillette prédispose à la perte d'orientation car on va dans tous les sens. Il est donc important de se repérer régulièrement en utilisant le relief, la direction du soleil et les chemins forestiers. Une boussole a toute son utilité, une carte au 1/25.000ème aussi
  1. emmener avec soi un guide papier est particulièrement recommandé : ce livre sert à la fois pour s'initier ou compléter ses connaissances
  1. emporter un panier, plat de préférence, et un couteau pliant
  1. respecter la propriété privée : la cueillette est une tolérance en forêt publique mais nécessite l'accord du propriétaire sur tous les terrains privés
  1. respecter la législation : certaines espèces sont interdites à la cueillette (plantes protégées), certains territoires aussi (réserves biologiques)
  1. enfin, une cueillette est toujours l'occasion d'une belle balade dans le milieu naturel. Même peu fructueuse, cette bouffée d'oxygène est l'occasion de garder de bons souvenirs des paysages et de préparer la prochaine sortie.

Champignons, fleurs et plantes, baies…

  1. champignons : une vigilance toute particulière s'impose, les apparences peuvent être trompeuses. Les odeurs, les couleurs et les textures ne sont pas forcément des signes de comestibilité. Il vaut mieux être initié par une personne compétente, un mycologue. En cas de fort doute, ne pas mélanger la récolte dans le même panier et ne pas hésiter à consulter un pharmacien. Une cueillette familiale n'excède pas 5 kg
  1. feurs et plantes : beaucoup ne supportent pas le temps de transport ou la température de l'habitacle, et ont une durée de vie très courte. Eviter donc de prélever les plantes pour faire un bouquet : elles faneront vite alors qu'elles sont tellement plus belles dans leur contexte naturel
  1. il convient également d'être vigilant vis-à-vis de la détermination. Les ombellifères (famille de la carotte sauvage) sont en particulier difficiles à déterminer et accueillent de nombreuses espèces vénéneuses (comme la célèbre Ciguë ayant empoisonné Socrate)
  1. pour faire un herbier, il suffit d'en ramener une ou deux. Les couper sans arracher les racines pour préserver la repousse. Attention aussi aux nombreuses espèces protégées
  1. baies : privilégier celles à hauteur de main (souillures d'animaux) et hors des bordures de route (pollution). Une cueillette à la main n'abîme pas les pousses et préserve les cueillettes suivantes, contrairement à l'utilisation de râteaux à main ou de peignes. Toujours penser à laver les fruits car il existe quelques maladies (comme l'echinococcose alvéolaire) sur les fruits sauvages
  1. méfiance dans certains cas particuliers : les feuilles et certaines pousses sont plus amères lorsqu'elles sont adultes (orties, oseille, doucette).
Ressources