+ de critères

 

Voitures de tourisme : fort utile

Utilisez des repères visuels pour plus facilement retrouver votre voiture au retour

Illustration
Illustration © Alain Blumet / ONF

Les meilleurs repères sont les grandes allées forestières, les chemins et les croisements, où figurent souvent les numéros de parcelles.

Autres repères possibles : présence de feuillus ou de résineux à proximité, d'un arbre à la forme particulière, d'une rivière...

Si vous avez une carte, cherchez-y l'endroit où vous êtes garé, et cerclez-le au crayon de papier.

Faire la différence entre la route et le terrain naturel

En forêt, on ne stationne pas hors des lieux aménagés à cet effet. Le stationnement sur le bas-côté des allées est normalement interdit.

S'il faut stationner en terrain naturel par nécessité (crevaison par exemple), la prudence s'impose. Car autant le propre des routes est d'être stabilisées pour faciliter la circulation et favoriser la sécurité, autant le terrain naturel, meuble, est variable dans sa portance. La méfiance doit être d'autant plus grande que :

  1. l'apparence peut être trompeuse : sauf à être connaisseur des lieux, la vue seule ne permet pas d'évaluer l'état du sol et sa capacité à supporter le poids d'un véhicule
  1. la saison compte : un sol trempé ne réagit pas de la même manière qu'un sol sec, en particulier les sols argileux. Méfiance aussi s'il a plu quelque temps auparavant
  1. à un mètre de distance, la portance du sol peut être différente : poches d'argile, racines en sous sol, épaisseur de sable variable...

Savoir manœuvrer

Lorsque vous vous garez, nous vous recommandons :

  1. de toujours anticiper le départ. Cela consiste à vous remettre tout de suite dans le bon sens pour faciliter votre sortie
  1. d'avancer et reculer en douceur, pour préserver les sols des parkings aménagés.
Ressources