+ de critères

 

Engins forestiers : fort utile

Avoir une formation spécifique

Illustration
Illustration © Didier Pischedda / FCBA

La conduite d'engins mobiles automoteurs de chantiers et d'équipements de levage nécessite une formation initiale.

Les conducteurs d'engins forestiers bénéficient d'une formation spécifique. Au choix :

  1. une formation de niveau V (CAPA/BEPA de conduite de machine d'exploitation forestière et de travaux forestiers)
  1. une formation continue
  1. le BPA option Agroéquipements ou un Bac Pro Travaux forestiers.

Cette formation a la particularité de combiner un volet mécanique et entretien (électromécanique, hydraulique, soudure, mécanique diesel), un volet conduite et un volet sylviculture et travaux sylvicoles.

Le conducteur doit également être en possession d'une autorisation de conduite délivrée par l'employeur.

Le certificat d'aptitude à la conduite en sécurité (Caces) permet de contrôler ses connaissances et son savoir-faire pour la conduite en sécurité de ce type d'équipements.

Ne pas oublier la boite à outils

Les engins forestiers sont soumis à de fortes contraintes. Les petites casses ou les ennuis mécaniques sont assez courants. Comme les conducteurs sont autonomes et souvent seuls en forêts, il est important d'avoir avec soi une boite à outils et des consommables qui permettent de faire face aux imprévus.

La caisse à outils est d'autant plus fournie que la machine est complexe. Elle doit comporter plusieurs jeux de clés et de pinces, des pompes à graisse, des gants, un manomètre...

Quant aux consommables, ils sont également nombreux : graisses, huiles de moteur et de transmission, eau et antigel, adhésifs, pâte à joints, flexibles de rechange...

Ressources