+ de critères

 

Engins forestiers : lieux de prédilection

Concernant les travaux

Illustration
Illustration © James Gourier / ONF

Il s'agit des parcelles en régénération, c'est-à-dire en cours de renouvellement.

A ce stade de la vie de la forêt, il s'agit d'aider la venue de semis naturels sous les grands arbres semenciers. Après labourage léger du sol, les semis pourront plus facilement s'implanter dans le sol ameubli.

Plus tard, au stade du fourré (les semis ont atteint 2 m de haut), des chemins sylvicoles sont ouverts au broyeur.

Cette infrastructure légère créée dans les parcelles permet de mieux gérer la régénération en cours : les ouvriers forestiers pourront ainsi pénétrer pour procéder aux travaux de dégagement et de nettoiement des jeunes peuplements.

Une partie de ces chemins internes disparaîtront, d'autres seront préservés pour devenir plus tard des chemins de débardage.

Concernant l’exploitation forestière

Illustration
Illustration © Michel Bartoli / ONF

Il s'agit de parcelles en éclaircie d'amélioration, c'est-à-dire qu'une partie des arbres sont prélevés pour favoriser la croissance des autres.

Les arbres martelés par les forestiers ont été abattus par les bûcherons ou une abatteuse. Le tracteur débardeur intervient pour procéder à la sortie des grumes en les tirant. Il emprunte les chemins de débardage prévus à cet effet dans la parcelle.

Le tracteur porteur intervient à son tour pour sortir les bois plus petits (2 à 6 m de long) qu'il charge avec un grappin sur son berceau (chariot). Il emprunte aussi les chemins de débardage prévus à cet effet.

L'ensemble est stocké sur des places de dépôts à proximité de la parcelle pour être emportés par des grumiers dans les scieries.

Dans les plantations de résineux, du fait de la régularité des peuplements plantés en alignement et de l'âge identique des arbres, la mécanisation de l'abattage est de plus en plus utilisé.

Ressources