+ de critères

 

Une présence humaine de longue date

La forêt conserve de nombreuses traces de son passé.

> Des vestiges de la préhistoire

La forêt de Haguenau compte près de 450 tumulus datant de l’âge du Bronze (vers 1800 av. J.-C.). Disséminées en forêt, ces nécropoles en forme de petites buttes ovales ou circulaires se remarquent à peine... Les fouilles archéologiques menées de 1871 à 1904 (notamment par Xavier Nessel, maire de Haguenau) ont révélé qu'elles renfermaient de magnifiques objets préhistoriques réalisés à base de bronze ou d'argile bleue. Autant d'objets de valeur - bijoux et céramiques richement décorées pour les femmes, armes pour les hommes - destinés à accompagner les défunts dans l’au-delà.

Tous ces objets sont aujourd'hui exposés au musée historique de Haguenau, à côté d'autres trésors retrouvés en forêt comme des silex datant du Mésolithique (utilisés pour la pêche et la chasse).

Pour en savoir plus

> L'influence celte, puis romaine

A l’âge du Fer, les Celtes investissent la forêt. L’incinération devient la règle et les tumulus disparaissent pour céder la place aux "champs d’urnes" qui ont aussi livré des pièces exceptionnelles.

De l'époque romaine (450 à 50 av J.-C.), la forêt a hérité d'une ancienne voie qui la traverse.

> Forêt "sainte" et "indivise"

Au VIIe siècle, des ermites s'installent dans le massif de Haguenau. En référence à leur présence, et à l'importance des abbayes et couvents environnants, la forêt est encore aujourd'hui appelée "forêt sainte".

Jusqu'au XIe siècle, la forêt appartient aux rois francs puis aux empereurs successifs du Saint-Empire romain germanique.

En 1696, sous Louis XIV, une ordonnance royale donne un droit à la Ville en lui versant la moitié des recettes, en échange d’une participation à la moitié des dépenses, sans que la Ville de Haguenau n’ait aucun droit sur le fonds de la forêt. Ce n'est qu'au début du XIXe que le statut de l'indivision a été acté lorsque Haguenau a été indemnisé pour la perte du terrain destiné au camp militaire de Neubourg.

Quelques-unes des bornes ornées de fleurs de lys qui servaient à délimiter les forêts royales sont visibles au musée historique de Haguenau.

> L'impact de la Seconde Guerre mondiale

En 1945, le conflit a été particulièrement destructeur à Haguenau. Cantonnée dans le massif lors de son repli, l'armée allemande, qui avait ouvert deux longues tranchées en lisières nord et sud, est mitraillée par l'armée américaine. Les dégâts sont particulièrement importants dans les triages de Zinsel et Mattsthal, à l'ouest, comme sur Krantzhubel, Schirrhein et Schirrhoffen, à l'est. Il reste encore des vestiges de bunkers sur l'ancienne ligne Maginot.

> Charbonniers et potiers

Illustration
Ce panneau présente l'aire des Charbonniers où un four à charbon de bois a été exploité de 1940 à 1947 © Nathalie Petrel / ONF

A partir du XIXe siècle, les hêtres de la forêt de Haguenau ont servi à produire du charbon de bois. Deux fours construits par l'administration allemande ont été utilisés jusqu'en 1947. Ils sont encore visibles près de l'allée Rendel.

Les argiles du sous-sol sont depuis longtemps exploitées par les potiers des villages de Betschdorf et Soufflenheim, dont on peut encore aujourd'hui voir le travail.

Du pétrole en forêt

Les bancs de sable du sous-sol de la forêt, imprégnés d'huile pétrolière, ont été exploités dès le XVIIe siècle et jusqu'en 1950.

Autrefois, les habitants de la région se servaient même de l'eau bitumineuse pour couvrir leurs besoins en huile de graissage !